La génération « boomerang »
11 novembre, 2012, 11:34
Classé dans : Humeurs

La génération

Après la « génération Tanguy », et cette jeunesse qui ne peut se résoudre à abandonner le confort moral et matériel du cocon familial, est apparu un nouveau phénomène celui d’un nombre croissant de 18-35 ans qui opèrent un retour au « bercail » après une période d’autonomie : la « génération boomerang » . Une situation compliquée à gérer, aussi bien pour celui qui revient que pour les parents .                                                      Je me rappelle très bien de mon premier boulot …premier salaire, premier chéquier, premier appartement, première facture de téléphone, premières démarches administratives, premières angoisses de fin de mois, premières ivresses de « liberté ». J’avais décidé d’interrompre des études que je n’avais pas choisi pour vivre ma vie et pour cela pas d’autre solution que de m’occuper toute seule de moi. J’avais une vingtaine d’année aucune expérience de la vraie vie, aucune maturité, mais j’ai vite appris à aller de l’avant et n’ai pas eu besoin de revenir sur mes pas, ce que j’aurais mal vécu …                                                                                                                        Ce que je vis plus ou moins bien aujourd’hui, c’est le retour de ma fille à la maison .                                                         J’ai arrêté de travailler dix ans pour m’occuper de mes enfants, même si à les entendre, ils n’en demandaient pas tant , au bénéfice d’une meilleure qualité de vie . Je ne regrette pas ce choix, même si parfois il m’est apparu un peu pesant . Mère et femme au foyer à la …campagne, peut être que moi non plus je n’en demandais pas tant, le même choix en moyenne agglomération voilà qui aurait été parfait pour tous . Mis à part cela,  je crois que ce fut un bon choix . Enfin, je crois . A ce rythme, les enfants ont été longtemps dépendant de nous, ne serait ce qu’au niveau de leurs déplacements . Quand ils ont connu l’autonomie en devenant étudiant, les deux ont d’abord choisi l’éloignement géographique pour finir l’un et l’autre par réagir différemment . Ma fille, n’a pas réussi à prendre son envol, alors que mon fils, lui, a commencé à dévorer la vie à pleine dent, même s’il apprécie de rentrer au nid régulièrement . Ma fille a bien essayé de faire tout comme une grande, ce qui s’est révélé trop difficile à en voir le résultat .                                                         Ce qui rend la situation compliquée c’est d’avoir à se demander, à coté de quoi on est passé pour ce ça se passe mal  ? Quelles sont donc ces armes qu’on ne lui aurait pas donné ? bref de se sentir une part de responsabilité et de culpabilité. Et puis au risque de paraître égoïste, je m’étais bien habituée, moi,  à notre rythme de vie à deux, une personne de plus c’est plus de contraintes et d’efforts de conciliations .                    Cela fait maintenant 15 jours que notre poussin est de retour au nid, après avoir monté son bureau, déballé et installé son pc …plus rien . Les cartons n’ont pas bougé de la chambre de son frère ou ils ont été stockés en arrivant pour plus de facilités et quand je parle de faire quelque chose, j’entends qu’il n’y a pas le feu ! et j’entends aussi mes grincements de dents…Ben voilà , nous sommes en plein dedans  …

Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

watermelon94 |
Au fil des maux |
Loulou/Cosmopolitains &... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mademoisellelemaire
| ornellajetaime
| Moi et la Nutrithérapie ou ...